Qu’est-ce que la dysbiose intestinale ?

Qu’est-ce que la dysbiose intestinale

Table des matières

Saviez-vous que notre corps se compose de plusieurs milliards de bactéries ? Si à l’état normal, notre corps maintient un équilibre, c’est à dire une symbiose entre les bonnes bactéries utiles et les nuisibles, on parle de “dysbiose”, quand cet équilibre est perturbé. On observe alors une prolifération des nuisibles ; ce qui a des répercussions sur la santé.

Dans cet articles, nous verrons ce qu’est la dysbiose et en particulier la dysbiose intestinale. Nous verrons également quelles sont les principales causes de dysiose et vous donnerons des conseils pour retrouver un microbiote sain.

La dysbiose, de quoi s’agit-il ?

La dysbiose est un terme “fourre-tout” car il n’existe pas de microbiote “parfait”. En effet, chaque être humain est unique, ce qui signifie que chaque microbiote l’est également. Une dysbiose est une altération négative des communautés microbiennes de l’organisme pouvant causer à terme des problèmes de santé ainsi que diverses maladies. La dysbiose de distingue en deux catégories : bactérienne qui comme sont nom l’indique est dû à une prolifération de bactéries nuisibles ; et fongique dû à un prolifération de levures, .. Si la plupart du temps, le terme dysbiose fait référence à un déséquilibre bactériologique, elle peut être également liée à des levures notamment le Candida et les moisissures Aspergillus. Otites, de pied d’athlète, muguet et d’infections vaginales peuvent en être les symptômes.

La signification de dysbiose vient du grec ancien : dys- (mauvais ou malade) et biosis (manière de vivre).

Il existe de nombreux habitats pour les micro-organismes présents dans notre corps. Ces derniers sont présents sur notre peau et à l’intérieur de notre corps et sont principalement composés de bactéries, de levures, virus et de micro-organismes unicellulaires procaryotes (archées). Ces micro-organismes vivent en harmonie, mais ils sont sensibles. C’est pourquoi des changements inhabituels dans l’hôte peuvent provoquer des déséquilibres – c’est à dire une dysbiose.

En cas de dysbiose, on retrouve des symptômes courants qui peuvent aussi être causés par d’autre facteurs et maladies c’est pourquoi une dysbiose n’est pas forcément aisée à diagnostiquer. Cependant, les chercheurs ont identifié quelques grands signes de dysbiose liés à la quantité de certains microbes par rapport aux autres :

  • Une prolifération anormales de certaines bactéries ou levures nuisibles
  • Une absence ou insuffisance de bonnes bactéries en comparaison à un microbiote sain
  • Une faible diversité des espèces microbiennes

Qu’est-ce qu’une dysbiose intestinale ?

L’écosystème microbien le plus connu est le microbiote intestinal. Situé dans le gros intestin, il contient plusieurs milliards de bactéries. Ces dernières jouent un rôle fondamental pour la santé de notre organisme : digestion, assimilation des nutriment, sytème immunitaire…elle pourraient même agir sur notre santé mentale.

Un microbiote sain et équilibré contient donc un nombre suffisant et varié de bonnes bactéries permettant de produire des nutriments qui maintiennent la muqueuse intestinale en bonne santé et tiennent en respect les nuisibles.

La diversité des souches de bactéries est un indicateur clé pour mesurer une éventuelle dysbiose du microbiote intestinal. Ainsi on estime que plus de 1 000 espèces différentes de bactéries sont présentes dans un microbiote intestinal sain. Elles gardent sous contrôle les bactéries étrangères et les microbes potentiellement infectieux, afin qu’ils ne puissent pas se multiplier.

Quelles sont les principales causes d’une dysbiose intestinale ?

Il existe plusieurs causes ou facteurs pouvant provoquer une dysbiose, au premier rang desquels figure notre mode de vie. En effet, la consommation d’alcool, le stress et une alimentation déséquilibrée pauvre en fibres peuvent provoquer une dysbiose intestinale à long terme. Vous l’aurez compris, pour avoir une flore intestinale en bonne santé il faut surtout avoir une alimentation saine et équilibrée, riches en légumes et fruit. En effet, ces derniers contiennent des fibres qui sont le “carburant” de nos bonnes bactéries.

Par ailleurs, il est admis quel a prise d’antibiotiques peut entraîner une dysbiose car elles détruit les bonnes comme les mauvaises bactéries. Ainsi une dysbiose peut perdurer plusieurs mois après la prise d’antibiotiques. A la longue, la prise répétée d’antibiotiques peut avoir des conséquences irréversibles sur le microbiote intestinal.

Enfin, certaines maladies pourraient provoquer une dysbiose même s’il se pourraient qu’une dysbiose soient finalement la cause de ses dernières… En outre, on remarque des taux anormalement élevés de dysbiose intestinale chez les personnes souffrant de certaines maladies telles que l’obésité, la maladie de Crohn, certaines maladies cardiaques, ou encore la colite ulcéreuse.

En fait il pourrait s’agir d’un cercle vicieux dans lequel le microbiote intestinal et l’organisme créent les conditions de la maladie. En effet, le fait d’être malade implique souvent le fait de prendre des médicament, lesquels affectent le microbiote, provoquant une dysbiose qui alimente à son tour la maladie.

Quel en sont les symptômes ?

Pour la majorité des gens, les symptômes de la dysbiose sont évidents et peuvent inclure : diarrhée, constipation, ballonnements, gaz , douleurs abdominales. Mais ce ne sont pas les seuls symptômes à surveiller. En effet, un déséquilibre du microbiote peut également être un facteur contribuant à des problèmes plus difficiles à cerner comme les envies de sucre et les envies de glucides. Il existe également des personnes atteintes de dysbiose qui ne présentent pas du tout de symptômes digestifs. 

Bien que sans gravité en tant que telle, une dysbiose doit être prise en charge pour ne pas dériver vers des maladies plus graves telles que :

  • la maladie de Crohn
  • Colite ulcéreuse
  • Obésité
  • les maladies cardiaques
  • le diabète de type II.

Que faire en cas de dysbiose intestinale ?

Les régimes occidentaux typiques reposent sur les sucres et les aliments transformés, ce qui peut entraîner des troubles du tractus gastro-intestinal tels que la dysbiose. Pour rétablir cet équilibre, il existe plusieurs régimes adaptés, notamment le régime pauvre en FODMAPs et la prise d’aliment probiotiques comme le kéfir.

Aliments à faible teneur en FODMAPs

En cas de dysbiose, on recommande de consommes des aliments pauvres en FODMAPs. FODMAP est l’abréviation de fermentable oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides and polyols. Ces acides gras à chaîne courte et ces alcools de sucre peuvent entraîner une dysbiose.

Un régime pauvre en FODMAP est un traitement courant du SCI. Ce n’est pas étonnant, puisque l’élimination des FODMAP de l’alimentation réduit la fermentation et la production de gaz dans l’intestin.

Voici une liste non exhaustive d’aliments pauvres en FODMAPs :

  • Toutes les viandes non transformées, en particulier le poisson
  • Œufs
  • Fruits à faible teneur en fructose (citrons, citrons verts, fraises, raisins, ananas)
  • Tomates
  • Pommes de terre
  • Poivrons
  • Carottes
  • Haricots verts
  • Feuilles de chou
  • Gombo
  • Chou frisé
  • Gingembre
  • Thé vert
  • Lait d’amande

Prébiotiques et probiotiques

Les probiotiques contiennent de bonnes bactérie bénéfiques qui viennent repeupler le microbiote, tandis que les prébiotiques sont l’alimentation des ces bonnes bactéries. Les probiotiques (comme Bifidobacterium et Lactobacillus) et les prébiotiques sont connus pour améliorer la santé intestinale et rétablir l’équilibre des bonnes bactéries.

Autres types de dysbiose

La dysbiose n’affecte pas seulement notre gros intestin. Elle peut affecter n’importe quelle partie du corps qui possède son propre écosystème spécial de microbes, car les bactéries sont partout, de la bouche aux voies urinaires.

La dysbiose cutanée

La peau est notre interface majeure avec l’environnement extérieur et abrite diverses communautés microbiennes spécifiques , constituées de bactéries, de champignons et de virus. Le microbiote cutané protège contre les microbes nocifs, maintient l’homéostasie cutanée et éduque notre système immunitaire. Il a été démontré qu’un microbiote sain peut améliorer la barrière protectrice de la peau et renforcer la réponse immunitaire et la formation du biofilm cutané.  En cas de dysbiose au niveau de la peau l’on peut voir apparaître des maladies cutanées telles que l’exéma ou encore le psoriasis.

La dysbiose buccale

Notre bouche abrite également un écosysteme de bactéries. En cas de dysbiose buccale, la diversité des bactéries diminue et certaines bactéries deviennent dominantes. Ce changement est appelé dysbiose buccale et favorise l’apparition de caries, des gingivites et parodontiques.

La dysbiose buccale est largement influencée par l’âge et les maladies chroniques. Elle survient généralement vers 50 ans et coïncide avec le diabète, une baisse de l’immunité, l’arthrite, la maladie de Parkinson, la MPOC, le traitement du cancer et la prise de médicaments.

En outre, une prolifération bactériologie dans la salive peut atteindre le tube digestif ce qui peut provoquer une inflammation chronique et une dysbiose du microbiote intestinal.

Surcroissance bactérienne de l’intestin grêle (SIBO)

Nos intestins se composent l’intestin grêle et du gros intestin. L’intestin grêle extrait les nutriments des aliments, tandis que le gros intestin absorbe l’eau ainsi que d’autres nutriments et bien sûr il permet de se débarrasser des déchets.

La surcroissance bactérienne de l’intestin grêle (SIBO) se produit lorsqu’il y a une augmentation anormale de la population bactérienne présente dans l’intestin grêle – en particulier des types de bactéries que l’on ne trouve pas habituellement dans cette partie du tube digestif. Cette affection est parfois appelée syndrome de la boucle aveugle.

Le SIBO survient généralement après une intervention chirurgicale ou une maladie ayant pour effet de ralentir le passage des aliments et des déchets dans le tube digestif, créant ainsi un terrain favorable aux bactéries. L’excès de bactéries provoque souvent des diarrhées et peut entraîner une perte de poids et une malnutrition.

Si le SIBO est souvent une complication de la chirurgie de l’estomac (abdominale), cette affection peut également résulter de problèmes structurels et de certaines maladies. Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire pour corriger le problème, mais les antibiotiques constituent le traitement le plus courant.

Dysbiose du Candida

La candidose est une infection fongique causée par une levure (un type de champignon) appelée Candida. Certaines espèces de Candida peuvent provoquer une infection chez l’homme ; la plus courante est le Candida albicans. Le Candida vit normalement sur la peau et à l’intérieur du corps, dans des endroits tels que la bouche, la gorge, l’intestin et le vagin, sans causer de problèmes.

Le candida peut en revanche devenir dangereux s’il se développe parfois de manière incontrôlée. Cette sur-croissance est une forme de dysbiose appellée candidose et peut provoquer l’apparition du muguet bucal. Il s’agit d’une dysbiose fongique de la bouche – avec des symptômes allant de douleurs, des taches blanches ou jaunes qui saignent lorsqu’on les gratte, un goût désagréable dans la bouche, de la sécheresse et des fissures sur les côtés de la bouche.

Un autre type courant de dysbiose fongique lié au candida peut toucher les femmes. En effet, le microbiote vaginal est maintenu dans un environnement acide grâce aux bactéries Lactobacillus. Lorsque cet écosystème est perturbé, les levures candida peuvent prendre le dessus et provoquer une infection vaginale.

Articles récents