Les 10 idées reçues sur le kéfir

idées reçues sur le kéfir

De l’origine des grains de kéfir d’eau à sa fabrication, il existe de nombreuses idées reçu sur le Kefir. Examinons de plus près certains faits concernant cette boisson fermentée gazeuse et tordons le coup à certaines idées fausses.

Mythe numéro 1 : Le kéfir et le kombucha sont identiques

Il est vrai que le kéfir d’eau et le kombucha ont beaucoup de points communs. En effet, ce sont tous deux des boissons probiotiques. et peuvent toutes deux être gazéifiées et aromatisées avec divers fruits et sucres par une seconde fermentation. Cependant, ces boissons fermentées présentent également plusieurs différences !
– Tout d’abord, le temps nécessaire à la culture de chaque boisson est très différent, tout comme les micro-organismes impliqués dans la culture.
– De plus, bien que les deux boissons fermentées soient d’excellentes aides digestives, elles contiennent chacune des niveaux différents d’acides et de bactéries.
– Enfin, les saveurs sont également très différentes. Le kombucha a une saveur acidulée, tandis que le kéfir d’eau est plus doux. Même après une seconde fermentation, beaucoup préfèrent boire l’un plutôt que l’autre.

Mythe numéro 2 : le kéfir contient est riche en sucre

Comme le kombucha et le kéfir de lait, la teneur finale en sucre du kéfir dépend de la durée de sa culture. Lors de la culture, les grains consomment les sucres et les convertissent en dioxyde de carbone (carbonatation), en acides, en bactéries et en levures.
Si vous essayez d’éviter le sucre, laissez votre kéfir fermenter avec peu de sucre lors de la première fermentation. Une fois embouteillé, vous pouvez ajouter des fruits ou du jus de fruits, pour la carbonatation. Ainsi, il aura une teneur en sucre plus faible une fois la deuxième fermentation terminée.

L’utilisation de grains de kéfir avec de l’eau de coco est un autre moyen de créer une boisson probiotique avec moins de sucre. Veillez simplement à alterner entre la culture dans de l’eau sucrée et dans de l’eau de coco pour garder vos grains en bonne santé !

Mythe numéro 3 : le kéfir contient beaucoup d’alcool

Il est vrai que l’alcool est un sous-produit de la fermentation, il est donc normal d’en retrouver un peu dans les préparations fermentées comme le kéfir ou le kumbucha. Comme le kéfir d’eau ne contient pas autant d’acide acétique que le kombucha, son goût est plus doux et masque moins l’alcool. Cela dit, la quantité d’alcool dans le ferment final est si faible qu’elle est pratiquement inexistante.

Mythe numéro 4 : le kéfir peut être fabriqué sans grains

Il existe de nombreuses boissons sur le marché – et de nombreuses recettes sur Internet – pour les boissons pétillantes probiotiques. Elles sont parfois commercialisées sous le nom de “kéfir d’eau” ou sont confondues avec le kéfir d’eau parce qu’il s’agit de sodas maison riches en enzymes.

Bien qu’elles puissent partager des propriétés et ses vertus pour la santé avec le kéfir d’eau, ces boissons ne sont pas vraiment du kéfir d’eau à moins qu’elles n’aient été faites avec de véritables grains de kéfir. Les souches de levures et de bactéries que l’on trouve dans la culture du kéfir d’eau sont uniques et la saveur est inimitable.

Mythe numéro 5 : on peut fabriquer des grains de kéfir à partir de rien

Les bricoleurs se posent souvent la question suivante : “Puis-je faire des grains de kéfir d’eau à partir de rien ? Malheureusement, la réponse courte à cette question est non. En effet, les micro-organismes et polysaccharides spécifiques qui s’assemblent pour former une culture mère comme les grains de kéfir d’eau ne peuvent pas être fabriqués avec d’autres d’ingrédients. Cependant, si les grains de kéfir reçoivent une alimentation adaptée dans environnement approprié, ils peuvent se multiplier au cours de leur culture.

Mythe numéro 6 : il faut utiliser un sucre spécifique pour faire du kéfir

S’il est vrai que certains sucres sont meilleurs que d’autres pour les grains de kéfir, il existe plusieurs sucres qui conviennent à la fabrication du kéfir d’eau.

Quelles sont les options ?

  • Le sucre de canne – fonctionne bien, bien qu’il ne contienne pas beaucoup de minéraux, qui sont importants pour garder les grains de kéfir en bonne santé. Heureusement, la combinaison du sucre de canne avec de la mélasse, du sucanat ou du sucre de noix de coco résout ce problème.
  • Le sucanat, également appelé rapadura, peut également être utilisé pour faire du kéfir d’eau, et produira un goût prononcé.
  • En ce qui concerne le sucre de coco, comme sa teneur en minéraux est très élevée, nous recommandons de n’en utiliser que de petites quantités en le combinant avec du sucre de canne.

Mythe numéro 7 : les grains de kéfir d’eau et de kéfir de lait peuvent être utilisés de manière interchangeable

Les souches spécifiques de micro-organismes dans les grains de kéfir de lait et les grains de kéfir d’eau sont uniques à chacun. Il n’est donc pas possible d’échanger directement l’une contre l’autre ou d’utiliser simplement des grains supplémentaires de l’une ou l’autre culture pour fermenter l’autre.

Il y a eu des tentatives de conversion de grains de kéfir de lait en grains de kéfir d’eau, mais les résultats ne sont pas toujours très satisfaisants.

Il existe cependant deux façons d’utiliser les grains de kéfir de lait et les grains de kéfir d’eau de la même manière. En effet, les grains de kéfir au lait supplémentaires peuvent être utilisés pour la culture de jus de fruits et d’eau sucrée. Pour cela, les grains doivent être rincés très soigneusement et doivent être rafraîchis avec du lait de vache après la période de culture de 12 à 24 heures avec de l’eau sucrée.
Le kéfir d’eau peut aussi être utilisé pour la culture de laits végétaux, bien que les grains eux-mêmes ne soient généralement pas utilisés à cette fin.

Mythe numéro 8 : si les grains de kéfir ne se multiplient pas, cela prouve que la fermentation ne fonctionne pas

Il est vrai que la multiplication d’une culture telle que celle du kéfir d’eau ou du kéfir de lait est le signe d’une culture robuste et florissante. Cependant, il n’est pas nécessairement vrai que la multiplication de la culture mère est nécessaire pour que la culture ait bien lieu. Si vous avez envie que vos grains se multiplient, il est possible de favoriser leur croissance.

Mythe numéro 9 : le kéfir de fruit à besoin de fruits secs et de citron

De nombreuses recettes en ligne pour le kéfir d’eau demandent d’ajouter des fruits secs, du gingembre frais ou des citrons. D’autres recettes précisent qu’il ne faut pas en ajouter. Comment s’y retrouver ?

Ces éléments sont le plus souvent ajoutés pour donner au kéfir d’eau son aliment préféré : les minéraux. (Si ceux-ci sont ajoutés, ils doivent être non sulfurés et organiques pour ne pas endommager les grains de kéfir.

Ces ajouts ne sont toutefois pas nécessaires, car les minéraux peuvent être apportés par des moyens plus simples. Comment ?

Par exemple en utilisant un sucre riche en minéraux, en ajoutant un peu de mélasse, en ajoutant quelques minéraux, ou en utilisant une moitié de sucre blanc et une moitié sucre non raffiné, ou 1 à 2 cuillères à soupe de sucre de noix de coco avec le reste de votre sucre blanc. Vous donnerez ainsi aux grais de kéfir tout ce dont ils ont besoin pour se développer.

Mythe numéro 10 : le kéfir d’eau est uniquement destiné à la consommation

Si la façon la plus courante de déguster le kéfir d’eau est sous forme de délicieuse boisson gazeuse, il peut aussi être utilisé pour d’autres usages, voyons lesquels :

  • Fermentation des céréales : une cuillère à soupe de kéfir ajouté à l’eau de trempage fermente les grains entiers en 12-24 heures.
  • Le kéfir d’eau comme le levain de départ : remplacer l’eau par du kéfir permettra de fermenter la farine, un peu comme un levain.
  • Faire du kéfir au lait de coco : enfin, le kéfir d’eau est couramment utilisé pour fermenter le lait de coco afin d’en faire du kéfir de lait de coco.

Articles récents

Produits pouvant vous intéresser