Catégorie produit Huile de CBD Bio

Acide cannabidiolique (CBDA) : Comprendre ce cannabinoïde

Acide cannabidiolique

Lors de vos recherches sur le CBD, vous avez peut-être trouvé un cannabinoïde appelé CBDA. Ces quatre lettres représentent l’acide cannabidiolique. Comme le CBD, c’est un type de phytocannabinoïde non psychoactif. Cependant, il présente des différences uniques par rapport au CBD et au THC.

Nous allons nous pencher sur l’acide cannabidiolique et voir de son rôle exact.

Que sont les cannabinoïdes ?

Les consommateurs de CBD savent probablement déjà ce que sont les cannabinoïdes, les composés actifs que l’on trouve dans le cannabis – y compris le chanvre industriel.

Les cannabinoïdes sont uniques à l’espèce de cannabis, d’où leur nom. Les scientifiques pensent que les cannabinoïdes ont évolué pour aider la plante pendant sa croissance et sa survie. Certains disent même qu’ils fonctionnent pour fournir une protection chimique à la plante.

Le THC est peut-être le cannabinoïde le plus connu. Il est psychoactif et est responsable de l’effet “planant” provoqué lors de la consommation de cannabis. Encore une fois, cela a probablement eu un but évolutif. En effet, il pourrait permettre à la plante de se défendre lors d’une attaque d’un animal ou d’un insecte, permettant ainsi de désorienter ce dernier.

Comment agit le THC ?

Les cannabinoïdes ont une capacité unique d’interaction avec le corps humain (et avec tous les mammifères). Cela est dû au fait que les mammifères possèdent un système endocannabinoïde, ou système ECS. Le système endocannabinoïde est rempli de récepteurs qui réagissent aux phytocannabinoïdes du cannabis (“phyto” signifie à base de plantes).

Il est d’ailleurs intéressant de noter que le corps humain fabrique ses propres cannabinoïdes (appelés endocannabinoïdes). “Endo” signifie interne, donc vous pouvez les considérer comme des cannabinoïdes internes.

Les phytocannabinoïdes d’origine végétale comme le THC et le CBD se lient à des récepteurs du système immunitaire pour produire certaines réaction dans notre corps. Comme le THC se lie aux récepteurs CB1 dans le cerveau et le système nerveux central, il produit des effets psychoactifs qui vous font “planer”.

Les autres cannabinoïdes (comme le CBD et le CBDA) ne produisent pas ces effets psychoactifs. En fait, chaque cannabinoïde du cannabis peut interagir avec l’ECS de manière unique. Il existe des centaines de cannabinoïdes différents, mais très peu de recherches ont été menées sur l’un d’entre eux.

Qu’est-ce que le CBDA ?

L’acide cannabidiolique est une sorte de précurseur du CBD. La plante de cannabis produit tous ses cannabinoïdes sous forme acide. Certains spécialistes affirment que tous les cannabinoïdes commencent sous la forme de CBGA (acide cannabigérolique). Lorsqu’une enzyme particulière devient disponible, le CBGA se transforme en CBDA.

La matière première du cannabis doit être chauffée, ou décarboxylée, pour que les acides se transforment en cannabinoïdes actifs. La décarboxylation est une réaction chimique qui élimine un groupe carboxyle. C’est le processus spécifique qui transforme le CBDA en CBD.

On dit souvent que la décarboxylation active les cannabinoïdes, mais le mot “activer” n’est pas tout à fait exact. Les cannabinoïdes comme le CBDA et le THCA influencent le corps par eux-mêmes, ils n’ont donc pas nécessairement besoin d’être activés pour fonctionner. Cependant, lors de la décarboxylation, les acides cannabidiolique modifient leur structure chimique, changeant ainsi leurs effets sur le système de coagulation.

Quels sont donc les effets de la CBDA sur l’organisme par elle-même en tant que complément ? Croyez-le ou non, il semblerait que la CBDA possède une multitude de propriétés spécifiques. Découvrons ce que disent les recherches.

Les dernières recherches sur le CBDA

En 2008, une étude a été publiée dans Drug Metabolism and Disposition : The Biological Fate of Chemicals. Les chercheurs ont découvert que la CBDA a une structure remarquablement similaire à celle des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). En d’autres termes, la CBDA pourrait avoir le potentiel d’agir comme un anti-inflammatoire.

Plutôt que de travailler directement avec les récepteurs des cannabinoïdes, la CBDA semble agir en inhibant l’enzyme cyclooxygénase-2 (COX-2). Il s’agit d’une enzyme associée à l’inflammation. La recherche suggère que lorsque la CBDA bloque les enzymes COX-2, l’inflammation peut diminuer.

Un autre domaine de recherche important concerne la CBDA et le système sérotonine 5-HT. Ce système est lié à l’humeur (la sérotonine est un stimulateur d’humeur connu).

Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) sont des antidépresseurs courants. Ils empêchent la réabsorption de la sérotonine, ce qui augmente sa quantité dans l’organisme. Une étude animale réalisée à partir de 2018 montre que le CBDA inhibe également la réabsorption de la sérotonine.

Le système sérotoninergique influence de nombreux processus physiologiques. Un excès de sérotonine peut provoquer des nausées et des vomissements, par exemple. Les poussées de l’hormone peuvent également résulter de divers facteurs de stress.

Outre ces pistes de recherche spécifiques, il y a aussi la question brûlante de l’efficacité de la CBDA. En comparaison avec le CBD, la revue universitaire Frontiers in Integrative Neuroscience affirme que le CBDA a une affinité 100 fois plus grande pour les récepteurs 5-HT. Le CBDA a également une biodisponibilité plus élevée que le CBD, ce qui signifie que le corps peut en absorber davantage.

Quels espoirs faut-il placer sur le CBDA ?

Pour l’instant, il n’existe qu’une quantité limitée de recherches sur la CBDA. Pour dire les choses simplement, il n’y a pas assez d’études pour affirmer que le CBDA a des propriétés bénéfiques sur la santé.

Il est également crucial de se rappeler que les études ci-dessus ont été menées sur des animaux. Si de telles études sont essentielles dans les premières phases de la recherche, des études sur l’homme sont nécessaires pour déterminer l’effet exact du CBDA sur les utilisateurs.

Bien entendu, cela ne veut pas dire qu’il faille ignorer toutes les recherches existantes sur le CBDA. Les résultats sont prometteurs, et nous espérons qu’ils permettront d’obtenir des informations plus fiables à l’avenir.

Sur le même sujet

Articles récents

Produits pouvant vous intéresser