Catégorie produit anti-stress et anxiété

6 outils pour gérer les fringales liées stress

outils pour gérer les fringales liées stress

Au quotidien, le stress peut nous amener à trop manger. Si certaines personnes réagissent au stress en grignotant, d’autres sont victimes de véritables boulimies nerveuses. Voyons dans cet article des outil pour gérer ces épisodes de fringales liés au stress.

Pourquoi mangeons-nous sous l’effet du stress ?

Lorsque nous nous sentons stressés, prendre soin de soi est souvent l’une des premières choses à faire : manger sainement, bien dormir et pratiquer une activité sportive peuvent aider à luter contre le stress naturellement. Pourtant certains d’entre nous ont pris l’habitude nocive de se réfugier dans la nourriture.

Pourquoi certains trouvent refuge dans la nourriture face au stress?

Si la suralimentation peut être due à plusieurs facteurs allant de l’ennui à la dépression, cela peut-être également une réaction naturelle de notre corps face au stress. En effet, en situation de stress, notre corps libère du cortisol (l’hormone du stress). Cela stimule à son tour la libération d’insuline (notre hormone de stockage des graisses) ce qui donne envie de consommer des glucides et des aliments riches en graisses. Par ailleurs, manger des aliments sucrés comme le chocolat libère de la dopamine et des endorphines, des hormones du plaisir et anti-douleur. C’est pourquoi manger peut devenir problématique lorsque notre cerveau associe la malbouffe comme remède contre le stress. Il convient donc de lutter contrer cette réaction nocive. Voici nos conseils.

Comment gérer notre alimentation face au stress ?

1 – Prendre conscience de nos habitudes

Vous avez dévoré le paquet de biscuit que vous veniez à peine d’ouvrir ? Vous mangez très sainement tout au long de la journée, mais à l’heure du dîner, vous avez du mal à contrôler vos portions ? Ou peut-être que vous ne pouvez pas vous empêcher de grignoter au travail devant votre ordinateur ? Quel que soit votre mode de vie, essayez de d’identifier les moments et situations qui vous poussent à manger de façon compulsive. Une fois que vous avez pris conscience de ces habitudes, vous pouvez plus facilement appliquer des outils pour faire y face.

2 – Eviter de se priver

Il n’est pas rare de gérer la question de la boulimie nerveuse avec une certaine forme de manichéisme. C’est à dire alterner des phases de “privation”ou l’on ne consomme que des aliments sains, avec des phases de malbouffe. Cependant, cette approche n’est pas sans risque car lors d’une phase de boulimie nerveuse, le sentiment de détresse est d’autant plus grand que notre cerveau associe certains aliments la honte et à la culpabilité. Au contraire, si l’on enlève cet émotionnel de la nourriture et choisissons d’apprécier certains des aliments réconfortants avec parcimonie nous sommes alors moins enclins à nous “goinfrer” ou à nous reprocher d’avoir “cédé”. Il s’agit donc d’établir des relations et des limites saines avec la nourriture afin de pouvoir en profiter avec parcimonie.

3 – Identifiez les aliments déclencheurs

La plupart d’entre nous avons nos madeleines de proust, c’est à dire des aliments réconfortants que l’on peut consommer de façon frénétique. Si c’est le cas, il peut être utile de les remplacer par d’autres aliments plaisir plus sains. Par exemple remplacer une envie de chocolat par un verre d’au gazeuse permet naturellement de couper ce besoin frénétique.

4 – Structurer ses repas

La routine est l’alliée de notre organisme car tout dans notre corps fonctionne selon un rythme et un cycle ; du sommeil à nos schémas hormonaux et digestifs. C’est pourquoi il peut être très utile de prendre les repas à heure fixe afin de réguler l’appétit. Notre appétit se régule alors plus facilement.

5 – Avoir des roues de secour

Lorsque nous mangeons de façon compulsive, nous cherchons du réconfort. Il est donc utile de connaitre une certain nombre d’activités alternatives permettant de réfréner la boulimie liée au stress. A cet effet, des activités comme la méditation en pleine conscience, le yoga et la pratique d’une activité sportive sont des réponses efficaces pour luter contre les addictions, y compris la boulimie nerveuse.

6 – Manger équilibré et en quantité suffisante

Si le stress et généralement le facteur prédominant lors d’un épisode de fringale nerveuse, il n’est pas le seul responsable. En effet, notre corps sait naturellement ce dont il a besoin pour fonctionner normalement. C’est pourquoi si nous ne lui fournissons pas les nutriments dont il a besoin, notre organisme peut déclencher certaines fringales afin de combler ces carences. Par exemple, des carence en nutriments tels que le magnésium peuvent nous inciter à consommer des aliments comme le chocolat, de bananes et d’avocats, qui sont naturellement riches en magnesium.

Sur le même sujet

Articles récents